L’inspiration: Cette muse capricieuse

Cela ne fait pas bien longtemps que je fais partie de la communauté des blogueurs et la question de l’inspiration m’intéresse plus que tout puisque je me demande souvent : mais comment écrire régulièrement sur mon blog ? Comment écrire sur des sujets qui m’intéressent et qui intéressent les autres en même temps ? Mon but actuellement est d’être lu davantage, que mon blog acquiert une petite notoriété et que mes articles présentent un minimum d’intérêt pour les autres. Et pour y arriver, il faut se fixer quelques objectifs et bien entendu, trouver l’inspiration !

Alors, bien sûr, le mot inspiration peut faire peur, ou du moins causer une certaine appréhension. En effet, et si l’inspiration n’est pas au rendez-vous, je ne pourrai pas écrire d’articles régulièrement et je devrai faire le deuil d’un blog bien visité. Il y a une conception de l’inspiration très élitiste, qui remonte à Platon, et qui compare l’être inspiré à un élu des dieux. Il n’y aurait donc rien à faire de spécial pour être inspiré, sinon à se laisser porter par une voix surgie des profondeurs et soufflée par les dieux. Pourtant, accepter que l’inspiration soit pure passivité c’est abdiquer à son pouvoir de création et à sa propre capacité à trouver l’inspiration, à sa puissance d’action en somme. 

« Cet article participe à l’événement interblogueurs « Comment je trouve l’inspiration pour mon blog » organisé par Mia de Trucs de Blogueuse. Si vous aimez mon article, cliquez pour voter sur ce lien. »

 inspiration just ahead

1- L’inspiration: un feeling de départ avec un sujet

L’inspiration n’est pas qu’un éclair soudain, ce serait bien trop injuste sinon. Pour ma part, je sais qu’il y a un travail, une recherche à accomplir en amont pour être inspiré mais aussi quelques pratiques à suivre. Tout d’abord, ma méthode à moi pour trouver l’inspiration consiste à surtout SURTOUT ne pas me forcer à écrire sur un sujet qui ne m’intéresse pas et avec lequel je n’ai aucun feeling d’emblée. Il est hors de question pour moi de tenir un blog qui ne me reflète pas et qui ne soit qu’une entreprise créée dans une intention de gloire personnelle. C’est la meilleure façon justement de bien se planter. L’aventure de blogueuse est surtout une façon pour moi de donner davantage de réalité à mon monde, de le partager, de faire de mes préoccupations personnelles des sujets collectifs, qui puissent concerner tout le monde.

Ma première inspiration, je la puise donc en moi-même et dans tout ce qui m’environne, dans tout ce qui retient mon attention et qui me semble suffisamment intéressant pour que je puisse en faire un article. Il peut donc s’agir d’une lecture, d’un film, d’une rencontre marquante, d’une élucubration philosophique, d’un sujet de société qui me touche, d’une grande idée que je veux mettre en forme, d’un moment de vie intense, enfin bref, le point de départ est multiforme et quasi illimité. Il me semble qu’inspiration va de pair avec infini. Mon inspiration rime avec absence de restrictions. Il y a aussi nécessité d’une certaine affinité de départ, même minime, avec un sujet, pour que l’inspiration survienne.

2- L’inspiration se provoque !

Ensuite, toujours à rebours de cette idée d’une inspiration céleste, il me semble que l’inspiration vient au fur et à mesure que l’article s’écrit, se construit et prend forme. Dans le processus d’écriture, il y a une réflexion qui est sans cesse façonnée grâce aux mots. C’est avec le travail, le tâtonnement et l’action même d’écrire que l’inspiration émerge. L’inspiration se provoque ! Il faut parfois plusieurs essais, plusieurs brouillons et amorces avant de donner forme à un écrit. On entend souvent qu’il ne sert à rien de se forcer, pourtant, que fait-on quand on a un devoir sur table de 4 heures en philosophie, et que les sujets ne nous inspirent pas ? On retourne dans cette grande banque de données qu’est la mémoire, on couche nos réminiscences de cours sur notre brouillon et à un moment, l’intellect passe à l’action. On se met à assembler deux, trois idées puis petit à petit ces idées en font émerger d’autres. Il n’y a donc pas, selon moi, de moments qui soient totalement dépourvus d’inspiration. Certes, celle-ci fluctue, mais elle n’est jamais totalement absente.

3- Introspection et attention au monde:

J’irai enfin un peu plus loin en vous disant que l’inspiration est  aussi écoute et attention à soi-même mais aussi attention au monde. Le poète qui entend l’inaudible  n’est pas qu’un élu, il est aussi celui qui a nettoyé les « portes de la perception ». « Si les portes de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l’homme tel qu’elle est, infinie. » a dit le poète mystique William Blake. C’est en quelques sortes cela qu’être inspiré : purifier son esprit pour mieux percevoir le réel. Pour ma part, cette purification (ou grand nettoyage) passe par la méditation, le sport mais aussi la rencontre des autres, que ce soit à travers des interactions sociales ou à travers des œuvres.

Car, l’inspiration, cette muse lunatique, préfère atterrir dans un instrument harmonieux, un corps et un esprit calmes et disposés à la recevoir.  Il faut en quelque sorte lui faire de la place, lui donner une chance de vous saisir.  Bien que capricieuse, l’inspiration ne se dérobe pas quand la pratique pour la faire surgir est scrupuleusement respectée. C’est en tout cas de cette façon que je la fais naître et que j’espère faire de mon blog un espace vivant et animé.